Agenda 2018 • 2019

Concours d’art plastique n°16

Silence on tourne !
Vas-y fais ton cinéma…

Neuf mois… et c’est en boîte
Les œuvres seront exposées le samedi 29 juin dans le hameau des Garlopeaux et vendues aux enchères en soirée.

Pour agrémenter les soirées, les spectateurs sont invités à apporter des petites choses à boire ou à grignoter.

Tarifs

Adhésion annuelle à l’association : 16€

Spectacles plein tarif : 12€ / adhérents : 10€ / 12-25 ans & chômeurs : 6€

Stages renseignements et inscription 09.77.64.32.35 / pour tous les stages, on peut payer en plusieurs fois. Savoir aussi que l’argent ne doit pas être un obstacle pour participer.

  • sam
    10
    Oct
    2015
    dim
    11
    Oct
    2015

    Chanson / Les Terriens

    sam 20h30 / dim 18h

    LogoMelvin Precigout (chant, mélodica, guitare), Gaëtan Henrion (chant, guitare, basse)

    Les Terriens ont fermé la saison dernière et nous leur confions l’ouverture de la quatorzième qui commence.
    Les Terriens ne se taisent pas ils ont plein de choses à dire. Ces deux–là, on les a connus tout petits et on les a vus grandir. Et devenir des hommes … des sacrés beaux jeunes hommes. Chacun de leur côté, ils ont fait leurs preuves, travailler leur voix, leurs instruments :
    guitare, basse et mélodica. Et voilà ils ont eu envie de se mettre au service de la chanson française et d’interpréter du Brel, du Louise Attaque, du Yves Jamait, du Karpatt… du Anis… et puis plein d’autres.
    Ce qu’on peut dire c’est qu’ils ont tout compris de ce que c’est qu’interpréter une chanson. Ils se les approprient tellement qu’on croirait bien qu’ils en sont les auteurs. Et en même temps ça fait bien plaisir tout d’un coup de se dire tiens ça je l’ai entendu déjà.
    Ah oui vous dire : Les Terriens c’est un duo : Gaëtan Henrion et Melvin Précigout. Tous les deux se mettent au service l’un de l’autre et c’est beau à voir et à entendre.
    www.lesterriens.fr

    + d'infos
  • sam
    07
    Nov
    2015
    dim
    08
    Nov
    2015

    Chanson / Les Mots mariés - Sale Petit Bonhomme

    sam 20h30 / dim 17h

    Affiche Les mots mariésJean-Jacques Mouzac (chant), Aurélien Mouzac (guitare), Francis Jauvain (accordina, accordéon, saxophone)

    Les Mots mariés marque un tournant pour Sale Petit Bonhomme. Jean-Jacques Mouzac pose la guitare le temps d’un spectacle pour se consacrer à ses textes. L’univers est plus intimiste. L’accordéon prend place au sein du trio, dialogue avec la guitare. Le saxophone est aussi présent, il porte les mots. L’accordina vient donner sur quelques morceaux une couleur plus folk. A travers ce nouveau répertoire, le groupe se balade dans un univers littéraire et musical où mots et musique ont la même place. De la chanson à texte avec des arrangements précis, beaux, tantôt dans l'épure, parfois avec virtuosité et toujours dans l'énergie. Les textes de Sale Petit Bonhomme explorent les travers de la vie, touchent ceux qui doutent, trébuchent mais qui savent sourire de leurs peines passées. Simples et exigeants, poétiques et drôles, ils sont empreints d'autodérision et d'humanisme.

    + d'infos
  • sam
    05
    Déc
    2015
    dim
    06
    Déc
    2015

    Théâtre / Comment va le monde

    sam 20h30 / dim 17h

    comment_va_le_mondede Marc Favreau, avec Marie Thomas, mise en scène : Michel Bruzat - Cie La Passerelle

    D'après le clown philosophe québécois SOL de Marc Favreau
    Urgent de faire entendre les mots de ce clown québécois clochard poète, jongleur de mots, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète dans un éclat de rire. Dario Fo, Devos, Queneau, Michaux, Zouc, Rufus, tous frère et soeurs de Sol. Texte époustouflant qui à lui seul vaut le déplacement... travail de mise en scène... performance de comédienne qui dépasse les frontières du jeu et qui atteint le vrai à chaque seconde...
    Dans les coulisses d'un théâtre s'ouvre la pièce. Le clown qui se prépare a le trac. Fin philosophe aussi, il entre alors en scène avec toute l'énergie dont est il capable. C'est la comédienne Marie Thomas qui se livre alors, se révèle et illumine de talent les curieux spectateurs que nous sommes.
    www.theatredelapasserelle.fr

     

    + d'infos
  • sam
    16
    Jan
    2016
    dim
    17
    Jan
    2016

    Musique classique / Duo Nomade

    sam 20h30 / dim 17h

    Duo NomadeAlice Rosset (piano), Amandine Dauphin (violon)

    Une amitié de longue date unit ces deux musiciennes, elles se connaissent depuis quinze ans, depuis leurs études au Conservatoire de Poitiers . Après avoir joué dans diverses formations elle crée  le Duo Nomade il y a un an. Un duo où violon et piano servent admirablement de grands compositeurs. On connaît Alice Rosset pour l’avoir invitée plusieurs fois ici. On connaît sa liberté de jeu, sa danse au piano. Amandine Dauphin est venue nous honorer au dernier festival d’été. Et elles ont conquis le public qui était si nombreux que la moitié a dû écouter leur récital par les fenêtres ouvertes sous le tilleul. On est ravis ici de les accueillir  de nouveau au cœur de l’hiver. Elle jouent donc des sonates de Mozart, Beethoven Debussy et de Falla, tout un voyage d’un siècle à l’autre.
    www.alicerosset.com

     

    + d'infos
  • sam
    06
    Fév
    2016
    dim
    07
    Fév
    2016

    Théâtre musical / Désiré et Marguerite

    sam 20h30 / dim 17h

    DM 3Serge Rigolet (accordéon), Catherine Raynaud (jeu, chant)

    Empruntés à leurs grands parents ces prénoms un peu démodés évoquent spontanément la période des années 30 à 50, époque triomphante de ce qu’on appellera plus tard la chanson réaliste, illustrée par Damia, Fréhel, Marie Dubas et bien d’autres grandes dames jusqu’à Edith Piaf. Lui c’est Désiré, l’accordéoniste, avec valses et javas il réinvente le style musette, il charme et il séduit, casquette et œil de velours. Marguerite grave, tendre, souriante, fantaisiste, voire un peu déjantée, chante et surtout joue tous les personnages : le mauvais garçon, la prostituée, la grisette séduite et abandonnée, le marin fataliste… Chaque chanson est une histoire, comme des petits films en noir et blanc, comédies ou tragédies, à la force évocatrice et au charme désuet des vieilles cartes postales d’antan.

     

    + d'infos
  • sam
    19
    Mar
    2016
    dim
    20
    Mar
    2016

    Chanson / Paroles de sage, femme de parole

    sam 20h30 / dim 17h

    !cid_6E2830EE-E0F7-44E2-AAE3-760070770C77@homeVéronique Pestel (chant, piano)

    Nous avons accueilli Véronique il y a quelques années maintenant. La voir de nouveau par ici nous enchante. Avec Marguerite Yourcenar, Colette, Simone Weil, Hannah Arendt, Annie Lebrun, Ariane Mnouchkine et quelques autres, nous sommes là en bonne compagnie. Véronique Pestel agrémente parfois le récital de quelques pointes d’humour délicat, à la hauteur de l’intelligence des textes. Véronique et ses auteurs nous convient à un petit tour du côté de la condition humaine, dans son mystère, dans l’esprit rebelle et solidaire, l’unicité des êtres, la mémoire des dignités bafouées, la vulgaire absence de pensée qui mène à la banalité du mal, l’horreur économique et ses foules d’humains tenus pour superflus, le lien nécessaire à la nature et au monde animal… S’accompagnant à la guitare ou plus souvent au piano, Véronique Pestel fait vivre avec grâce ces extraits de textes en interprétant quelques-unes de ses propres chansons.
    veronique.pestel.free.fr

     

    + d'infos
  • sam
    02
    Avr
    2016
    dim
    03
    Avr
    2016

    Chanson / Un Camion dans la nuit

    sam 20h30 / dim 17h

    crédit photo Jean LaroClaudine Lebègue (chant, accordéon)

    On est là, vous êtes ici. À cette heure ou il fait encore chien. Mais dans une heure il fera loup. Faut pas rater ça. On a une heure à tout casser, à tout aimer. Poursuivre l’itinéraire des boutons de nacre entre les Saintes-Maries-de-la-Mer et Pékin. Se mettre du bleu aux phares. Mordre la ligne blanche…On est là. À cet endroit de la vie où tout peut arriver. Alors on s’attend à vous, à tu, à nous…et c’est beau !
    claudine.lebegue.free.fr

     

    + d'infos
  • sam
    30
    Avr
    2016
    dim
    01
    Mai
    2016

    Théâtre / Ascolta

    sam 20h30 / dim 18h

    5 ascolta monika jeziorowskaAscolta, de et avec Monique Brun

    Une petite table un peu en hauteur, éclairée par des lampes. Sur cette table, de l’encre de chine, des pinceaux, des craies, du papier. Tout en peignant, de la pensée va naître à haute voix dans un tranquille va-et-vient du chant au parlé. S’agit-il d’un vieil homme, d’un enfant, d’un peintre ? Il est question de nous en tout cas et de ce que nous avons de plus précieux : la vie. Et de la tragédie annoncée, de la disparition. À vrai dire il s’agit moins de nous que du fond de nous, de ce qui constitue les humains que nous sommes, de la façon dont nous habitons le temps, contrairement aux animaux qui habitent l’instant. Et d’une trace : celle de la peinture, ce manifeste irrépressible, ce geste qui n’est pas aristocratique mais qui fut nécessaire, vital. Ce beau geste d’enfance.

     

    + d'infos
  • sam
    14
    Mai
    2016
    dim
    15
    Mai
    2016

    Café-concert / Cabaret loufoque : Dranem

    sam 20h30 / dim 18h

    800px-Dranem_comique_comique_1895_BNF_Gallica (2)Cabaret loufoque : Dranem, chanteur et fantaisiste, Willy Michardière, Yann Palheire - Cie Solilès

    Un des plaisirs de notre troupe consiste à partir à la recherche des pépites du café-concert. Ce genre qui allie chan-sonnettes, conférences comiques et saynètes sévit à Paris durant la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à la Première Guerre Mondiale. Après Gilles et Julien la saison passée, c’est Dranem (Armand Ménard de son vrai nom) que nous amenons sur le devant de la scène. Ce comique troupier connut le succès durant plus de vingt ans en usant com-me personne de jeux de mots emplis de finesse, et en chantant des énormités sous couvert d’une naïveté laissant tout passer ! On lui doit Les Petits Pois, Le Trou de mon Quai, Les Fruits cuits, Quand ma zézette yoyotte, Pétronille tu sens la menthe... Boris Vian dira de lui “Comment Dranem peut-il avoir le toupet de débiter devant un public hilare les inepties de son répertoire ? La bêtise volontaire poussée à ce point
    confine au génie.“
    www.latroupesoliles.fr

     

    + d'infos
  • lun
    16
    Mai
    2016

    Chanson / Philippe Forcioli chante et dit

    21h

    photo forcioliPhilippe Forcioli (chant, guitare)

    Un de nos plus grands poètes, chanteurs d’aujourd’hui, un saltimbanque… un ogre tendre.  Des colères d’ange, des tendresses de païen, des étreintes d’homme, les chansons de Philippe Forcioli lui ressemblent, fières et câlines, emportées et fraternelles.  On sait de qui il est familier : Delteil, Brassens, Cadou, que des hauteurs, que des beautés. Sur scène, il chante, dit, offre le bienfait rare d’une langue vivante, passionnée, célébrante, vraie, il dépasse tout ordinaire et toute habitude.
    www.philippeforcioli.com

     

    + d'infos
  • ven
    24
    Juin
    2016

    13e Festival d'été : et la liberté, t'en fais quoi ? - jour 1

    21h
    • Clowns en liberté
      Mis en scène par Anne Danais
      Avec Catherine Bourgeois, Benjamin Charroy, Colette Charron, Sylvie Danais, Françoise Delaunay, Hélène Fréchet, Yves Pasdeloup, Sophie Roque, Stany Zarkowsky
    + d'infos
  • sam
    25
    Juin
    2016

    13e Festival d'été : et la liberté, t'en fais quoi ? - jour 2

    14h - 23h
    • 14h : atelier mandalas, avec Samia Yahiaoui (ouvert à tous)
    • 15h : Clowns en liberté, mis en scène par Anne Danais, avec Catherine Bourgeois, Benjamin Charroy, Colette Charron, Sylvie Danais, Françoise Delaunay, Hélène Fréchet, Yves Pasdeloup, Sophie Roque, Stany Zarkowsky
    • 16h30 : Chantier, Cie Équinoxe - danse contemporaine
    • 17h15 : Y en a marre - chœur de trente choristes (Niort)
    • 18h30 : vente aux enchères des œuvres réalisées pour le concours avec la célébrissime Frau Rupfe, Labelles & cie
    • 20h30 : apéritif offert & petite restauration sur place
    • 21h30 : Merci patron, un film de François Ruffin
    • 23h : Notre Nuit Debout à nous... et si on se bougeait par là ? - Tribune libre
    + d'infos
  • dim
    26
    Juin
    2016

    13e Festival d'été : et la liberté, t'en fais quoi ? - jour 3

    8h - soirée
    • 8h : Piano au lever du jour, avec Alice Rosset - musique classique
    • 9h : petit-déjeuner partagé
    • 10h : Polyphonie voix de femmes, avec Anne Danais, Farah Dupas, Anaïs Renaudie, Samia Yahiaoui
    • 10h45 : Comme Ça Vous Chante, direction Léo Danais - ensemble de percussions
    • 11h15 : Clowns en liberté, mis en scène par Anne Danais, avec Catherine Bourgeois, Benjamin Charroy, Colette Charron, Sylvie Danais, Françoise Delaunay, Hélène Fréchet, Yves Pasdeloup, Sophie Roque, Stany Zarkowsky
    • 13h : pique-nique partagé
    • 15h : Piano sous le tilleul, avec Alice Rosset - musique classique
    • 16h30 : En boucle, concert de Farah Dupas (voix et loop)
    • 17h30 : Simple Com', avec Gaëtan Henrion (voix guitare), Mickaël Baïlafa (basse), Léo Danais (voix, batterie, percussions) - concert chanson française
    • Apéro de clôture

     

    + d'infos
  • sam
    15
    Oct
    2016
    dim
    16
    Oct
    2016

    Théâtre / Audience

    sam 20h30 / dim 17h

    audience HRwebDe Vaclav Havel, avec Bernard Dutilloy et Guillaume Peronneau, mise en scène de Michel Such
    Graines de Saltimbanques

    Le décor est planté. Nous sommes dans une brasserie. Ecrite  pour la Tchécoslovaquie des années 70 la scène est de toutes les époques.
    L'histoire : deux hommes face à face. L'un est le patron de la brasserie, l'autre un intellectuel que le régime socialiste a déclassé et oblige à travailler de ses mains. L'un est alcoolique, boit bière sur bière et l'autre distant semble accepter sa condition.
    C'est à une sorte de bras de fer que se livrent les deux personnages. Plus le spectacle avance plus le brasseur est ivre. Seul l'intellectuel reste identique, quoique...
    La courte pièce de Václav Havel est remarquable.
    On ne peut que penser qu'elle s'appuie sur le vécu de l'auteur. Rappelons qu'avant de devenir président de la Tchécoslovaquie, Havel a connu l'emprisonnement, prix de sa liberté de penser. Le parcours qu'il décrit ici est classique dans les pays totalitaires : chasse aux intellectuels, aux opposants, espionnage et délation généralisés.

    + d'infos
  • sam
    26
    Nov
    2016
    dim
    27
    Nov
    2016

    Clown / Que la joie demeure

    sam 20h30 / dim 17h

    que la joie demeure_webDe Frédérique Le Naour et Isabelle Goffart, avec Frédérique Le Naour
    Cie Ceci et Cela

    Une clown.
    Un lit, une valise.
    Et un intrus : le cancer...
    … C'est le début d'une aventure extra-ordinaire!
    On suit ce personnage dans son parcours semé d'embûches : la clown traverse la peur, la douleur, les traitements, la solitude, l'ennui. Alors elle s'imagine un ailleurs possible, elle détourne et entourloupe le malheur en jouant tous les personnages de son histoire. Ils sont tour à tour indifférents, maladroits, féroces, effrayés... tellement humains...
    Et malgré tout, la joie subsiste!
    Tant qu'elle vit, elle joue, s'amuse et décale tout.
    Elle se dévoile dans ce combat intime et le partage sans tabou. Si elle y laisse quelques plumes, elle garde toujours sa joyeuse dérision.

    + d'infos
  • sam
    17
    Déc
    2016
    dim
    18
    Déc
    2016

    Récital et lecture / Chopin Sand

    sam 20h30 / dim 17h

    rosset-danaisAvec Alice Rosset (piano), Anne Danais (voix)
    Comme Ça Vous Chante
    commecavouschante.over-blog.com

    « C'est Alice qui m'a proposé de monter ce duo Chopin-Sand.
    Je lui avais glissé à l'oreille mon envie d'un récital exclusivement d’œuvres de Chopin et elle a rebondi sur mon souhait l'air de rien.
    J'ai accepté sans hésiter sa proposition et me suis mise au travail. J'avais envie de lire des lettres.
    J'ai découvert qu'il ne reste aucune trace de leur correspondance.
    J'ai choisi de lire une seule lettre de George Sand, adressée à un ami que tous les deux avaient en commun. C'est une très longue lettre écrite au tout début de leur rencontre. George Sand est plongée dans ce qu'on appelle l'état amoureux avec tout ce que ça peut comporter de stratégie, paradoxes, élans, abattements et ridicules. C'est à la fois touchant et drôle.
    Alice de son côté a choisi les pièces qu'elle avait envie de jouer.
    Et nous avons fait un mixage presque à l'aveugle.
    Et de l'intérieur, de ma place de lectrice je ne m'attendais pas à recevoir la musique aussi directement comme une parole. De fait il s'agit bien d'un dialogue. Mots et musique se font écho, répondent d'une façon tout à fait surprenante. »
    Anne Danais

    + d'infos
  • sam
    07
    Jan
    2017
    dim
    08
    Jan
    2017

    Chanson / L'envers des corps

    sam 20h30 / dim 17h

    antoine1Avec Antoine Compagnon (chant), Jean-Louis Compagnon (guitare), Éric Proud (accordéon)
    www.ciedelatrace.com

    « Si je pouvais, des fois, j'écroulerais le monde avec la voix. »
    Antoine écrit. Il écrit comme il respire, dans une frénésie poétique faite d'audace, d'images fines et percutantes.
    Il y a chez Antoine de la fulgurance. Son écriture est bien plus charnelle que polie. Antoine chante. Il chante comme il écrit, généreux et subtil,
    jouant sur les accents d'un phrasé singulier, au service de ses mots.
    Jean-Louis compose. Pour et avec Antoine. Il dessine des harmonies qui portent les images, des rythmiques respirantes.
    Sur mesure.
    On tremble et on vacille, on perd pied on recule. Sous le regard des filles, des filles majuscules. Ce n'est pas une recherche théorique, mais un partage bien physique qui, par le frisson, la musique, nous traverse les pores de la peau. Chacun est à sa place dans ce duo, au point que les deux artistes partagent tout : le chant, le jeu, les regards...

     

    + d'infos
  • dim
    22
    Jan
    2017

    Concert / Stage Piano

    17h

    alice-rossetConcert de présentation suite au stage Piano mené par Alice Rosset (Comme Ça Vous Chante)

    + d'infos
  • sam
    04
    Fév
    2017
    dim
    05
    Fév
    2017

    Théâtre / Ida voit le jour

    sam 20h30 / dim 17h

    ida léo petit saut carréDe et avec Anne Danais (jeu) et Léo Danais (musique)

    Ida voit le jour est un audacieux cocktail de tragédie et de comédie, de frivolité et de profondeur. Est-ce du théâtre, du cabaret, de la chanson, de la poésie ? Qu'importe les classifications !
    Ida vient de l'obscurité. Peu à peu elle découvrira la lumière.
    Un lent effeuillage.
    Elle entre sur la scène de sa vie, couverte de ses multiples pelures, engoncée dans ses lourdes guenilles, carapaces qui s’avéreront au fil des mots superflues...
    Lorsque nous aurons compris avec elle qu'il est bien futile de se croire protégé par nos innombrables écailles, elle mettra en scène l'enterrement de ses propres oripeaux.
    Et à l'instant où le spectacle touche à sa fin, toutes les peaux d'Ida, abandonnées, sont remisées en fond de scène, elles sont devenues inutiles.
    Ida sera tour à tour l'enfant caprice, une dame vieille et fripée, à la démarche aussi pataude que celle de l'Auguste du cirque ou du bébé qui tente ses premières expériences de marche. Elle a la voix mal assurée... et le mystère de sa lente naissance, peu à peu, lui rend un visage rayonnant, souriant, la peau lumineuse sans l'ombre d'une ride.
    Ida voit le jour est un spectacle poème.
    Il n'y a pas de récit linéaire mais des humeurs, de l'humour, des cris, des rires, des grincements, de la folie très douce, de l'improvisation, une grande complicité grâce à laquelle peuvent se croiser sans la moindre emphase, mort, vie, cancer qui ronge en marchant, idées noires qui passent à la trappe dans d’étranges trous noirs...
    Anne Danais mêle finement à sa propre écriture des inspirations aussi variées que celles de Coline Serreau, Louise Labé, Zouc, Albertine Sarrazin et d'autres encore... des mots de femmes...––
    Anne – Ida a l'art de montrer, sans jamais démontrer.
    La musique est tour à tour décor, profondeur de chant, contrepoint de l'action et des émotions...
    Les mélodies, les harmonies qui naissent sous les doigts frétillants de Léo, jeune homme-orchestre, clown banc de sombre vêtu, paraissent simples comme coulant de source... Elles sont en réalité savantes et subtiles...
    La musique est toujours au service de cet étrange « tri-logue » qui s'installe entre le personnage de Ida, le public auquel elle s'adresse souvent, et le musicien qui s'empare volontiers du micro pour chanter, bruiter, parler aussi.

    + d'infos
  • jeu
    23
    Fév
    2017

    Spectacle musical / Le vieux et l'oiseau

    20h30

    Le vieux_webDe et avec Bruno Benoist
    Cie Alméria

    Jeune public (à partir de 5 ans) / tout public - tarif unique 6€
    histoiresonores.free.fr

    + d'infos
  • sam
    18
    Mar
    2017
    dim
    19
    Mar
    2017

    Chanson / À l'affût

    sam 20h30 / dim 17h

    Laurent-Berger-Serge-FechetAvec Laurent Berger (chant), Nathalie Fortin (piano)
    www.laurentberger.com

    .../... on s’en vient voir, écouter Berger ne le louper pas pour rien au monde. Si vous ne connaissez  pas encore, on vous en a dit le plus grand bien avant que vous le constatiez par vous-même. Lui et Nathalie Fortin sa fidèle pianiste qui est déjà venue à La maison du chat bleu avec Hélène Maurice il y a  quelques années... Le micro est juché bien haut sur son pied, le chanteur plus haut encore sur ses jambes, ses longs bras balayant parfois l’espace, suggérant les chansons de geste. Voix de rocaille dont suinte une singulière et touchante émotion comme l’eau qui perle des pierres et se fait torrent avant de s’apaiser en rivière ou en fleuve. Des dialogues entre lui et autrui, dans lesquels on s’immisce, des propos de sagesse, des chantés, des parlés aussi : quand on a un tel timbre de voix, doux et grave à la fois, avec cette araignée qui vous titille la langue, c’est tentant parfois d’en faire l’unique instrument.
    La complicité est belle et joyeuse entre Nathalie Fortin et Laurent Berger : on devine l’admiration mutuelle, le respect, l’amitié.

    + d'infos
  • sam
    08
    Avr
    2017
    dim
    09
    Avr
    2017

    Conférence chantée / Les Falaises de Bonifacio

    sam 20h30 / dim 18h

    Remo_Gary_webDe et avec Rémo Gary (chant et voix), Clélia Bressat-Blum (piano)
    www.remogary.com

    « C’est un spectacle "poélitique" composé des chansons que j’ai écrites et d’autres empruntées pour les besoins du propos.
    Comment on commence et comment on finit ; c’est quoi une chanson sociale, engagée, engageante, dégagée…
    À quoi ça sert les artistes, les chanteurs, la poésie, le chant, la musique… Comment ça se fabrique, où se situe la création, la récréation.
    Vous retrouverez donc dans ce spectacle des chansons que j’ai déjà chantées sur scène, et quelques nouvelles aussi.
    Le langage dédié qu’est la chanson est toujours un mélange d’intime et d’universel. De populaire philosophie. Dire "je" pour faire entendre "nous". Et inversement. Et rester du mieux possible sur ce fil.
    Et pourquoi alors les Falaises de Bonifacio ? Venez, je vous raconterai.
    Je serai accompagné par Clélia Bressat-Blum »
    Rémo Gary

    + d'infos
  • sam
    13
    Mai
    2017
    dim
    14
    Mai
    2017

    Lecture spectacle / Actes et paroles

    sam 20h30 / dim 18h

    indexDe Victor Hugo
    avec Willy Michardière et Yann Palheire
    www.latroupesoliles.fr

    L’idée de ce spectacle naquit au lendemain des dernières élections Européennes, avant d’être joué pour la première fois quinze jours après les attentats de Charlie. Le monde va et les mots d’Hugo résonnent systématiquement d’une manière nouvelle. Nous avons envie de le jouer à nouveau lors de ce printemps 2017, riche en rendez-vous démocratiques. Car donner à entendre les mots de Victor Hugo député, c’est tenter de se rappeler que la parole politique peut avoir un sens, de la grandeur et de l’utilité. C’est rappeler que l’intelligence et la parole citoyennes associées peuvent donner de belles choses. C’est espérer que l’engagement et la dignité de Victor Hugo inspireront de nouveau. Député de 1848 à 1851 et de nouveau quelques mois en 1870, Victor Hugo n'a ambitionné que le mandat parlementaire, mais il l'a élevé à son plus haut niveau. Ces discours sont des chefs-d'œuvre d’éloquence et de littérature. La misère, la peine de mort, la paix, l’Europe, la culture et les beaux-arts, la presse, les femmes sont autant de sujets qu’il aborde avec grandeur. Les discours sont entrecoupés de chansons politiques et réalistes du XIXe siècle.

    + d'infos
  • dim
    04
    Juin
    2017
    lun
    05
    Juin
    2017

    Chanson / Je chante pour...

    dim 20h30 / lun 18h

    545089_3849327184489_1853823543_nAutour de l'œuvre de Gilles Vigneault
    avec Christian Camerlynck (chant), Nathalie Fortin (piano)

    « "Je chante pour" c'est le titre d'une chanson et du spectacle que nous consacrons autour de l’œuvre de Gilles Vigneault.
    Difficile de parler de lui sans parler de Claude Léveillée, Pauline Julien et bien sur de Félix Leclerc. L’œuvre immense du poète a contribué à affirmer une certaine identité Québécoise. Ses textes, ses poèmes ont pour beaucoup d'entre eux un caractère universel. C'est la confrontation avec cette universalité que nous avons choisi d'évoquer .
    Chaque fois que nous avons présenté ce spectacle, notre surprise fut grande d'entendre des spectateurs nous révéler qu'ils découvraient nombre de ses chansons ou poèmes.
    "Je chante pour oublier que mon chemin ne va pas plus loin que ma main...
    Je chante pour ne pas courir, je chante pour ne pas mourir...
    Chanter la Femme et nommer l'Homme, le meilleur côté de la pomme est pour demain...
    Je chante pour me départir de moi-même avant que partir
    Dans un monde à l'affut de nouveautés, nous sommes heureux de proposer une découverte ou redécouvertes d’œuvres de cet artiste Québécois. J'ai eu la chance de le connaître, d'échanger avec lui et aussi l'immense bonheur de créer ce récital en compagnie de Nathalie Fortin la plus française des musiciennes québécoises. »

    Christain Camerlynck

    + d'infos
  • sam
    07
    Oct
    2017
    dim
    08
    Oct
    2017

    Chanson • Francesca Solleville

    sam 20h30 • dim 17h

    Francesca Solleville, voix & Nathalie Fortin, piano

    « Francesca Solleville n’aime pas qu’on l’affuble du nom de grande dame de la chanson, certes, mais elle est sans aucun doute une grande dame tout court, qui vit pour ce qu’elle partage avec son public : de la générosité, de l’amour, de la rage aussi… Toujours droite… Une grande classe ! Elle chante ses auteurs qu’elle sert avec force, des mots et idées qu’elle porte haut pour les offrir avec tendresse, les yeux dans les yeux des premiers rangs. Francesca Solleville c’est le point sur le i d’humanité a dit Christian Paccoud. Oui, on pourrait aussi écrire le poing sur le i d’humanité. C’est grâce à sa rencontre avec Léo Ferré que Francesca a débuté dans la chanson – elle évoluait alors dans le monde du lyrique – avec des textes de Pierre Seghers, Luc Bérimont, Aragon, que Léo Ferré avait mis en musique et qu’il lui a donnés avant de les avoir lui même enregistrés. Un immense cadeau que Francesca n’a jamais oublié !Accompagnée par Nathalie Fortin au piano, belle artiste et amie fidèle, Francesca propose un répertoire autour des chansons de Léo Ferré, mais aussi de Guy Thomas, Jean Ferrat, Jean-Max Brua, Allain Leprest ainsi que ses auteurs actuels, parmi lesquels vous rencontrerez les signatures d’Anne Sylvestre, Pierre Grosz, Rémo Gary, Bernard Joyet, Thomas Pitiot... Des textes ciselés sur mesure pour une interprète exceptionnelle.Francesca Solleville, c’est un engagement artistique et humain exceptionnel que l’on souhaite à chacun de rencontrer. »
    Ce qu'elle chantera en octobre on le saura au moment venu.

    + d'infos
  • sam
    04
    Nov
    2017
    dim
    05
    Nov
    2017

    Concert dessiné • À trois mains

    sam 20h30 • dim 17h

    Avec Edmond Baudoin, dessinateur & Alice Rosset, piano - Comme ça vous chante

    Un programme de Bach à Bartok
    "L'année dernière Edmond a entendu parler du projet "Elle va piano", et on m'a dit que l'idée lui a beaucoup plu, qu'il voulait absolument rencontrer cette pianiste voyageuse. Alors je suis allée le rencontrer, chez lui à Paris. Là on échange, il me questionne, me raconte ses projets. Je lui offre mon disque solo, il l'ouvre et le met aussitôt dans son lecteur. Il veut me montrer ce que dessiner en musique signifie pour lui, alors il commence à dessiner, là juste à côté de moi. Ce moment magique où le dessin prend vie : ses traits, effleurés, appuyés, lents ou vifs, fins, épais, suivent les mouvements des danses de la 2ème Partita de Bach, et le dessin, peu à peu, se révèle... À la fin de cet espace hors du temps, l'envie de concerts dessinés ensemble était là :  mon piano et ses dessins, portés par la musique..." Alice Rosset.
    Une rencontre unique et la première en public donc, que nous avons la joie d'organiser.
    Alice Rosset, on la connaît bien. Ici elle est chez elle et toutes ses initiatives sont les bienvenues, ses prestations, sa générosité et sa créativité débordante nous ravissent. Elle sait saisir au vol et provoquer la rencontre. Et voilà qu'elle arrive en toute simplicité à convaincre Edmond Baudoin à venir à La maison du chat bleu. Oui, il s'agit bien de ce grand monsieur, celui qui dessine entre autres des bandes dessinées magnifique, tout à l'encre de chine. Quand il parle du dessin, Baudoin utilise toujours une même métaphore : celle de la musique.

    + d'infos
  • ven
    24
    Nov
    2017
    dim
    26
    Nov
    2017

    Théâtre • Les Soliloques de Mariette

    ven, sam 20h30 • dim 17h

    Extraits de Belle du Seigneur d’Albert Cohen, aAvec Anne Danais, mise en scène Anne Quesemand - labelles & cie

    "Soyons clair, Anne Danais est Mariette. Vêtue d’une sobre blouse gris-bleu, les cheveux gris agrémentés d’un coquet crochon, elle donne à Mariette un discret accent de sa région des Deux-sèvres. La comédienne, qui nourrit une relation amoureuse avec l’œuvre de Cohen depuis vingt ans, a vite perçu que seule Mariette pouvait passer la rampe. Elle a extrait les quelques monologues écrit dans un style si particulier, un fleuve de mots souvent joliment estropiés, sans ponctuation ou presque, une parole incroyablement vivante qui dit toute la solitude de ce personnage de l’ombre élu par l’auteur. C’est donc en une succession de tableaux que Mariette nous fait pénétrer dans le monde d’Ariane. Elle nous apprend tout d’elle ou presque de son enfance, son mariage et sa rencontre avec Solal, l’adoré, le seul, l’unique. Chaque tableau se conclut sur une chanson d’amour, fort bien interprétée (Anne Danais est aussi auteur-compositeur-interprète), Parlez-moi d’amour, les grelots de l’amour les colliers de la vie. Elle rentre par une porte, sort par l’autre sur un petit pas de danse, en toute simplicité. Aucun effet théâtral, la sobriété de son jeu laisse le style s’épanouir, avec ses exubérances et ses excès, ses traits d’esprit. On se régale de la truculence d’une langue audacieuse et généreuse qui profite de la situation pour prendre toutes les libertés avec la syntaxe et le lexique, de la mélancolie au bouc commissaire en passant par la friture d’amour. Mariette parle toute seule pour se tenir compagnie. On pense à Cohen qui parle tout seul pour se consoler de la haine. Comme tous les solitaires elle s’adresse à un interlocuteur imaginaire et on est presque content pour elle que, grâce au théâtre, elle ait enfin trouvé quelqu’un qui l’écoute, en chair et en os car elle le mérite bien. Ce petit bijou créé au festival d’Avignon Off en 2009 revient, après un détour par Paris, au théâtre Montparnasse et une tournée de huit ans, à La Maison du Chat Bleu, son port d'attache."
    Extrait d'un article de Corinne Denaille

    + d'infos
  • sam
    16
    Déc
    2017
    dim
    17
    Déc
    2017

    Théâtre • Port racines

    17h

    Attention lieu et horaire inhabituels, venir couvert
    De & avec Pierre Bertrand, Anne Danais, Anaïs Renaudie - labelles & cie

    « Il n'est pas facile de qualifier le spectacle Port racines tant son écriture, son esthétique et ses personnages sortent de l'ordinaire et ne répondent à aucun genre habituel. Conte ? Fable ? Récit ? Parfois chantée, un peu dansée, l'écriture, à la fois poétique et crue provoque un foisonnement d'images. Rêvées ou réelles ? On ne sait pas, et on s'en moque car on est très loin du réalisme. Et pourtant on y parle de la mer et ses naufrages, d'exode, de pollution, de radioactivité, de guerre, de misère, de violence et de domination masculine. Autant de sujets atemporels et constants à l'ombre du fantôme de Jacques Prévert. L'histoire est racontée par trois personnages, bloqués dans un port déserté du Cotentin : la vieille Bobette, Lanaïa, femme-enfant déposée par la mer et le très charmant Handive arrivé de la Lande, bavard et mythomane qui cherche l'aventure mais aussi l'amour. Ces trois êtres fantasques mêlent leur trois paroles et évoluent avec grâce dans un fouillis de textiles aux couleurs chatoyantes, tirés d'un tas de sacs Tati qui symbolisent deux désirs contradictoires, l'appel d'un ailleurs, et la force des racines. Le spectateur enchanté, (au sens fort du terme), par la richesse du texte et la beauté des images, a également applaudi l'agilité, la grâce, et la générosité de ces trois artistes. »
    Catherine Reynaud, La Nouvelle République, 20 mars 2017

    + d'infos
  • sam
    13
    Jan
    2018
    dim
    14
    Jan
    2018

    Chanson • J’me régale

    sam 20h30 • dim 17h

    Jean-Michel Piton, chant guitare

    Ardent défenseur de la chanson populaire française, Jean-Michel Piton offre un récital qui se glisse sous la peau. Sa voix est puissante, chaude, nuancée, prenante et son écriture ciselée aborde la poésie du quotidien au plus près du cœur. Sa venue sera cadeau ! Homme de théâtre, Jean Michel PITON happe le public par sa présence. Son propos est à l’image de ses textes où l’humour et le rire ne sont jamais exclus. Ses mélodies sont belles et généreuses. En solo ou non, Jean Michel Piton reprend les titres phares de ses quatre derniers CD et quelques nouveautés sans oublier les chansons essentielles  de son nouveau spectacle consacré à Bernard Dimey.
    « J’aime la chanson populaire quand elle rend le beau disponible » voilà qui résume bien sa pensée.
    « Jean-Michel Piton a toute une vie de théâtre et de chansons à son actif.  Il délivre des chansons à hauteur d’homme, de belles mélodies et des mots porteurs des préoccupations actuelles, des textes charpentés comme des chefs-d’œuvre de maître compagnon.  Et puis il y a la voix, une des plus belles de la chanson vivante. Ce chanteur-là, à ce niveau de poésie et d’humanité, force le respect et l’admiration.  Il le dit lui-même : La chanson populaire, c’est se mettre le cœur en quatre pour émouvoir et séduire. Et cet homme-là sait de quoi il parle. »

    + d'infos
  • sam
    10
    Fév
    2018
    dim
    11
    Fév
    2018

    Textes & chansons • Pour la beauté des ponts

    sam 20h30 • dim 17h

    De & avec Anne Danais, voix & Claudine Lebègue, voix accordéon

    C'est à La Maison du Chat Bleu qu'elles se sont rencontrées, tiens. Anne a invité Claudine à venir chanter par deux fois. Se sont vues très vite, même pas du tout la deuxième fois. Mais c'est pas forcément la quantité qui compte, la preuve. Un jour de 2016, Claudine a demandé à Anne.
    Ça te dirait de faire quelque chose avec moi ? J'aime bien ce que tu écris.
    Ben, oui d'accord, je vois pas quoi mais oui je veux bien.
    Et voilà, elles ont pris rendez-vous. Anne est allée à Lyon une petite semaine. Et le temps de dire ouf elles ont créé et joué cette petite forme dans un petit lieu de Lyon. Et c'était super !
    Pour la beauté des ponts est un rendez-vous comme qui dirait à mi-chemin entre bonne terre et bitume. Entre deux femmes qui rapportent au centre de l’histoire, leurs écrits, cris et chansons. Anne Danais, à travers ses Éditos de la Taupe, commente le monde, s’indigne, s’émeut, trace le portrait robot d’un champ idéal, guette la vie à la source. Tandis que Claudine Lebègue, ceinte d’un accordéon, armée de  récits autobiographiques, à travers son À ma zone, traque les idées reçues, témoigne et plaide pour la réhabilitation de ces lieux, dits, au banc de la société.
    Une lecture vive, presque une chronique, ou espièglerie, chansons, colères, tendresse et révoltes font le plein d’humanité.

    + d'infos
  • sam
    03
    Mar
    2018
    dim
    04
    Mar
    2018

    Textes & chansons • Fricassée de berniques sur lit de Prévert

    sam 20h30 • dim 17h

    Lecture de textes de Jacques Prévert agrémentée de Nos Chansons de port
    Avec Pierre Bertrand, Anne Danais & Anaïs Renaudie - labelles & cie

    Cette fricassée est une lecture à trois voix et trois cœurs.
    Nous avons fait le choix de ne lire que du Prévert inconnu ou très peu connu et puisé dans l’œuvre complète. Nous avons pioché-pêché chacun, chacune de notre côté et rassemblé nos trésors. Et comme la vie est bien faite, il se trouve que nous avons fait des choix différents et complémentaires, un choix vaste donc. Nous aimons porter cette parole poétique et politique, notamment celle qui dénonce la bêtise humaine et la guerre, et résonne tant avec notre actualité. Hélas, Prévert n'a pas pris une ride.
    Nous sommes sur un banc. Les livres sont à nos pieds, tout se fait à vue. Tenues sobres.
    Les mots seuls et leur musique nous importent.
    Nos Chansons de port, créées pour le spectacle Port racines, et chantées à trois voix et à capella, ponctuent et flirtent avec l'univers du poète. Paroles et musiques sont de nous trois et les arrangements de Léo Danais. Un spectacle qui fait du bien par les temps qui courent !

    + d'infos
  • sam
    28
    Avr
    2018
    dim
    29
    Avr
    2018

    Chanson • Gabriela Barrenechea chante Violeta Parra

    sam 20h30 • dim 18h

    Chant guitare

    « Violeta fait partie de ma vie. Elle m’habite plus que je ne pense. Cet hommage pour les 100 ans de sa naissance (1917), me fais prendre la mesure de sa présence tentaculaire en moi.
    Ces chants m’accompagnent depuis toujours et bien avant ma naissance.
    Son œuvre est vaste, féconde, mélange de noirceur et de lumière et toutes les couleurs entre les deux.
    Violeta écrit sur elle, aussi sur les autres, entre rires et larmes. Elle est universelle.
    Grande Violeta, grande âme, grande marcheuse infatigable, elle cherche sans relâche la justesse de ses mots et de sa musique, sans transiger, sans maquillage, avec acuité et pertinence.
    C’est pour moi un grand plaisir de plonger dans son répertoire organique, sans pli, dans une œuvre immense.
    Violeta m’emmène dans ses chemins ardument merveilleux, organiquement délicats, obscurément clairs, “chiliennement” universels.
    Gracias a la vida que me ha dado tanto, gracias a Violeta que me ha dado tanto. »
    Gabriela Barrenechea

    + d'infos
  • sam
    12
    Mai
    2018
    dim
    13
    Mai
    2018

    Chanson • Orlando Trio

    sam 20h30 • dim 18h

    Christelle Boizanté, chant & Frédéric Marchand, chant accordéon & Aïda Sanchez, chant piano

    Orlando, c'est du vrai cabaret, les artistes se repassent le micro comme des acrobates voltigeurs le trapèze volant. Il y a longtemps que la chanson ne nous avait pas offert une aussi jolie surprise. Hélène Hazéra, Chanson boum France Culture
    Leur univers musical est une zone jusqu'alors inexplorée, un carrefour transgenre où la plus délicate poésie et le burlesque le plus acharné font équipe. Le groupe défend des textes punk avec une élégance désuète sur des thème comme la mort, l'amour virtuel, la pollution ou encore la féminité qui n'existe pas.
    Sûr ils vont mettre le feu à La Maison du Chat Bleu, il faudra pousser les murs.

    + d'infos
  • sam
    02
    Juin
    2018
    dim
    03
    Juin
    2018

    Lecture spectacle humour • Devos Prince des mots

    sam 20h30 • dim 18h

    Textes de Raymond Devos
    Avec Willy Michardière, Yann Palheire - La Troupe Solilès

    Voici un voyage irrésistible dans la matière à rire de Raymond Devos, artiste génial qui termina son parcours terrestre il y a dix ans. Il aura profondément marqué notre tradition théâtrale. Il n’était pas un humoriste comme les autres, il était un grand acteur formé au théâtre avec Tania Balachova, au mime chez Étienne Decroux, et avait travaillé avec les plus grands de Maurice Chevalier à Boris Vian. Cet hommage met en avant l'écriture délicieuse d'un grand poète qui joue des mots comme personne. Autant d'univers surréalistes qui se situent entre Dubillard et Courteline, pas très loin d’Alphonse Allais et de Raymond Queneau. La fantaisie est reine chez Devos, tout comme l'amour qui est au cœur de chaque texte et devient la finalité de toutes ces torsions linguistiques. C'est le quotidien qui est mis en mots, par des situations délirantes. C'est jubilatoire. À la manière du clown, Devos nous perd dans son humour. À mi-chemin entre le café-concert, le music-hall et le cirque, son art nous touche infiniment. Avec fidélité aux textes, nous prolongeons l'expérience de son écriture.

    + d'infos
  • ven
    29
    Juin
    2018
    dim
    01
    Juil
    2018

    Quinzième Festival d’Été

    Clown, exposition, musique, performance
    programme détaillé

    + d'infos
  • sam
    06
    Oct
    2018
    dim
    07
    Oct
    2018

    Chanson • L’Homme de la Manche

    sam 20h30 • dim 17h

    Autour de Bernard Dimey
    Jean-Michel Piton, chant guitare, accompagné de Nathalie Fortin, piano & Bertrand Lemarchand, accordéon

    Ardent défenseur de la chanson populaire française, Jean-Michel Piton offre un récital qui se glisse sous la peau. Sa voix est puissante, chaude, nuancée, prenante et son écriture ciselée aborde la poésie du quotidien au plus près du cœur. Sa venue sera cadeau ! Homme de théâtre, Jean Michel PITON happe le public par sa présence. Son propos est à l’image de ses textes où l’humour et le rire ne sont jamais exclus. Ses mélodies sont belles et généreuses. En solo ou non, Jean Michel Piton reprend les titres phares de ses quatre derniers CD et quelques nouveautés sans oublier les chansons essentielles  de son nouveau spectacle consacré à Bernard Dimey.
    « J’aime la chanson populaire quand elle rend le beau disponible » voilà qui résume bien sa pensée.
    « Jean-Michel Piton a toute une vie de théâtre et de chansons à son actif.  Il délivre des chansons à hauteur d’homme, de belles mélodies et des mots porteurs des préoccupations actuelles, des textes charpentés comme des chefs-d’œuvre de maître compagnon.  Et puis il y a la voix, une des plus belles de la chanson vivante. Ce chanteur-là, à ce niveau de poésie et d’humanité, force le respect et l’admiration.  Il le dit lui-même : La chanson populaire, c’est se mettre le cœur en quatre pour émouvoir et séduire. Et cet homme-là sait de quoi il parle. »

    + d'infos
  • sam
    10
    Nov
    2018
    dim
    11
    Nov
    2018

    Théâtre • Là quand même

    sam 20h30 • dim 17h

    de & avec Stéphane Keruel
    Cie Le Chant de la Carpe

    + d'infos
  • sam
    08
    Déc
    2018
    dim
    09
    Déc
    2018

    Chant & musique • Le Chant des sirènes

    sam 20h30 • dim 17h

    Concert improvisé vocal et percussif
    avec Léo Danais, Anne Danais, Anaïs Renaudie
    labelles & cie

    + d'infos
  • sam
    12
    Jan
    2019
    dim
    13
    Jan
    2019

    Théâtre • Ridiculum vitae

    sam 20h30 • dim 17h

    de Jean-Pierre Verheggen & Jacques Bonaffé
    avec Marie Thomas, jeu & Benoit Rivière, piano
    mise en scène de Michel Bruzat
    Théâtre de La Passerelle

    D’abord, il y a Marie Thomas. Celle qu'on a vu ici dans Comment va le monde. Dans ce nouveau spectacle, l’actrice remarquable nous invite à la débauche pour ne « jamais entrer en poésie comme on entre en religion », pour jouir ensemble du « péché de chair linguistique ». Elle ne lésine pas sur la vitalité de la vie et vide le sac à mots ne craignant pas de rater encore pour rater mieux.Sur une partition de Jacques Bonnaffé et du poète Jean-Pierre Verheggen, un « Prévert de la Belgique », mise en forme par Michel Bruzat, Marie Thomas donne du corps à l’ouvrage, en amatrice de circonlocutions chérissant les joies du parler. Quand Marie Thomas entre en scène, elle sait qu’Artaud a raison et que « la langue, c’est de la viande ».
    Michel Bruzat proclame une nouvelle fois « sa haine de la poésie affadie ». Il n’a qu’une injonction mais elle dédit magnifiquement toutes les autres : « Anarchisez-vous ! ».

    + d'infos
  • ven
    08
    Fév
    2019
    dim
    10
    Fév
    2019

    Lecture-récital • Et si Duras aimait Bach

    ven, sam 20h30 • dim 17h

    de & avec Anne Danais, voix & Alice Rosset, piano
    labelles & cie / Comme Ça vous Chante

    C'est le deuxième duo que montent Alice et Anne. Le premier c'est Chopin Sand. Là on pourra dire Duras Bach. Le texte de Marguerite Duras L'été 80 adapté par Anne Danais est le fil conducteur de cette lecture récital. Comment les deux paroles se font échos comment elles se mêlent, se tissent.
    À l'heure où l' on met à jour le site de La Maison du Chat Bleu, on ne sait pas encore comment ce sera.
    Ce que l'on sait c'est que Duras parle de la mer, des gens, de l'actualité de l'été 80 et aussi d'une histoire d'amour qui se tisse entre une jeune fille, monitrice et un enfant.
    On sait que ses mots appellent la musique de Bach. On l'entend déjà.

    + d'infos
  • sam
    16
    Mar
    2019
    dim
    17
    Mar
    2019

    Textes & chansons • Un Petit Rêve très court

    sam 20h30 • dim 17h

    de & avec Michèle Bernard & Monique Brun

    Monique Brun est déjà venue deux fois ici toute seule. Celle qui chante a capella et sert  les  auteurs avec justesse, est une sorte de dentellière des mots. Elle revient avec Michèle Bernard, cette magnifique chanteuse, qui écrit compose  chante et joue de l'accordéon. Encore une qui a tenu depuis le début son chemin de chanteuse et musicienne sans faiblir, sur ces chemins à elle.

    Et voilà, elles se sont tellement bien trouvées qu’on se demande pourquoi elles ont attendu si longtemps... Dans ce spectacle, l’une chante, l’autre dit, et inversement. Un rêve très soyeux, bordé de coton pour parler (aussi) de la beauté du monde, les pieds toujours ancrés dans le réel où s’abreuvent les mots des poètes. Un tissage subtil à deux voix. Une délicieuse suspension du temps.

    + d'infos
  • sam
    13
    Avr
    2019
    dim
    14
    Avr
    2019

    Chanson • Simple Com

    sam 20h30 • dim 18h

    Gaétan Henrion, chant, guitare
    Léo Danais, batterie, percussions, voix
    Mickaël Balaïfa, basse

    Un grand plaisir d'accueillir Simple com' une nouvelle fois, de voir évoluer ce trio qu'on a vu naître.
    Gaétan continue son chemin d'auteur compositeur et interprète, il écrit comme il respire et de mieux en mieux. Ses deux comparses Léo et Mikay sont de plus en plus fins et créatifs dans leur jeu.  Les écouter ici c'est cadeau pour eux et pour nous. Entre ballade, rock, reggae, valse, funk et même tango le trio Simple Com' met les mots  à l'honneur.
    La Maison du Chat Bleu a les oreilles tendues et exigeantes.
    Simple Com' est à largement à la hauteur de nos cœurs et de notre public. Voir et revoir.

    + d'infos
  • sam
    11
    Mai
    2019
    dim
    12
    Mai
    2019

    Histoires & chanson • Barbouillot de pain sec

    sam 20h30 • dim 18h

    de & avec Michel Boutet

    Histoires vraies qu’auraient pu arriver

    Entre théâtre et conte, avec trois chansons pour faire bonne mesure, Barbouillot d'pain sec est un reportage, côté cœur, dans un village de nulle part. Les héros de ces Histoires vraies qu’auraient pu arriver traversent la place en pensant : "Dans la vie, y’a pas toujours pied !"
    Au Bistrot du Bar, on parie sa paire de bretelles que la fin du monde "est pas pour demain… ou qu’elle a déjà eu lieu et qu’on n’a pas fait attention !"
    Pendant ce temps-là, Raoul Pigot promène sa jument en glosant sur les avantages d’un voyage à Lourdes et les inconvénients des boites Tupperware… C’est drôle, très drôle, féroce, bourré de tendresse.

    "Derrière cette fabuleuse galerie de portraits, ce sont des cœurs qui battent, en toute simplicité, en toute beauté aussi, avec les mots d’un Michel Boutet épatant d’humanité."
    Dimitri Germain, La Dépêche du Midi

    "Y’en a des qu’il leur faut des tonnes de choses, de décors et de fanfreluches pour prouver qu’ils n’ont rien à dire. Et puis il y en a d’autres auxquels trois chaises suffisent pour créer un monde. Michel Boutet est de ceux-là. Un regard sur les petits aussi grand que ça, on en redemande."
    Pierre Chalier, La Nouvelle République des Pyrénées

    "Un bistrot, une église, et puis des gens. Des hommes, des femmes, des conversations cocasses ou poignantes. La France d’en bas, mais la vraie, celle qui sait dépasser ses mesquineries pour atteindre une sorte de grandeur."
    Serge Dillaz, Chorus

    + d'infos
  • sam
    01
    Juin
    2019
    dim
    02
    Juin
    2019

    Lecture spectacle • Le Grand Écart

    sam 20h30 • dim 18h

    Nouvelles de la joie de vivre
    de Pierre Debauche
    avec Willy Michardière & Yann Palheire
    La Troupe Solilès

    Ces « nouvelles du front » constituent un objet littéraire non identifié. Pierre Debauche y pratique le grand écart entre constat de l’absurde folie des hommes et exercice de la joie de vivre. Il se livre dans un cheminement narratif fulgurant qui nous conduit, des anecdotes de l’enfance, d’une vie d’homme sans regrets, à l’universalité de la condition humaine. L’homme fuit les formes figées comme les étiquettes : le poème s’invite, surgit au détour d’un récit, manière d’aphorisme. Sans cesse à l’affût d’expressions singulières, Pierre Debauche défriche de nouveaux sentiers qu’il arpente en homme libre. C’est en faux naïf – il faut être un petit peu dupe, se plaît-il à rappeler – qu’il accueille l’altérité comme une chance sans cesse renouvelée de créer du sens. Héritier d’une éducation paternelle déterminante, Pierre Debauche écrit comme il joue ou met en scène, dans une invitation permanente à l’apprentissage du désir. Il nous mouille jusqu’au cou : ces nouvelles, souvent initiatiques, sont autant de petites vagues qui nous portent et nous jettent dans la vie, éveillant singulièrement, parfois brutalement, le désir de s’échapper, de fuir le conformisme et la bien-pensance. Au fil des textes, on entre en belgitude comme en humanité : Pierre Debauche nous entraîne dans cette quête farouche de liberté dont il faut bien payer le prix… Et de reprendre en chœur, avec lui : « Mais qui m’accueillera bordel ? »

    + d'infos
  • ven
    28
    Juin
    2019
    dim
    30
    Juin
    2019

    Seizième Festival d’Été

    Clown, exposition, musique, performance
    (le programme détaillé sortira fin mai)

    + d'infos
Facebook